Marianne, c’est avant tout une voix hors du commun, d’une amplitude rare, qui vous emporte comme une houle.

Une voix qui fait caisse de résonance à des propos humains et humanistes sans détours, soutenue par un solide jeu de guitare et parfois beaucoup d’humour.

Chanson française, musique latine, gospel, en français, en espagnol ou en anglais, Marianne est une folk singer dans l’âme.

Poétique, engagée, drôle, elle communie avec son public avec beaucoup émotion et d’authenticité et une grande générosité.

Personnage charismatique, forte de multiples influences, Marianne trouble et bouleverse.

Loin des chanteurs standardisés, Marianne Aya Omac est une artiste unique, au caractère bien trempé, qui transmet son amour de la musique et de sa soif absolue.

Dix ans après GINKOBILOBA et autant d’années seule sur scène, elle revient avec un quintet de choc!

Un univers musical sensible et généreux, soutenu par des musiciens choristes complices et talentueux, au service de la voix unique de cette artiste sans frontières.

Marianne Aya Omac: voix lead, guitares, trompette vocale

Marius Welker: sax soprano, flûte traversière, beat box, choeur

Benjamin Etur: basse, choeur

Elvis Mégné: clavier, choeur

François Miniconi: percussions, choeur

IMG_8437
IMG_9448

Marius Welker : Saxophone, flûtes, percus, beatbox, choeurs, loop station

Né à Anvers (Belgique), Marius grandit dans les Cévennes où il s’initie dès l’âge de 8 ans au hautbois languedocien. Trois ans plus tard, il s’attaque au saxophone alto et à la batterie. Deux écoles de Jazz de la région viendront plus tard compléter sa formation : le JAM à Montpellier et l’IMFP de Salon de Provence.
En parallèle, il restaure des instruments et ajoute progressivement à sa panoplie trois saxophones (ténor, soprano et baryton), une flûte traversière et deux clarinettes. Autant d’outils pour se lancer dans l’exploration du son, au sein de nombreux groupes aux styles divers et variés.
Adepte de l’improvisation, Marius incarne sa musique avec sincérité, humilité, et surtout, avec une énergie communicative. Son style très mélodique est simple, vibrant, explosif.
Sa prestation est également visuelle, et le public a souvent le souffle coupé devant la rapidité et la fluidité des changements d’instruments au cours d’un même morceau : Marius y prend visiblement un malin plaisir.

Benjamin Etur : Basse

Benjamin achète sa 1ère basse à 14 ans. Il effectue ses 1ers concerts en Normandie, au sein de formations de funk et de rythm & blues.
A 20 ans, il décide de migrer à Paris étudier la musique. Le jazz en basse  électrique à l’INFIMM/CIM, puis la contrebasse classique avec Stéphane
Logerot au conservatoire du Xème arrondissement.
Benjamin collabore ensuite avec des formations de styles très différents  styles jusqu’en 2005, année où il succombe au soleil de Montpellier.
Il joue avec d’Atomik Small Clones et Funky Pi (où il rencontre Marius) puis  au sein des formations d’Afrobeat Shalakata et Fami-sah.
Il reprend la  contrebasse avec le Comptoir des Fous et s’initie au gospel auprès  d’Emma Lamadji.
Après de nombreuses collaborations (La Fanfare du Comptoir, Ethioda,  Aywa, Kussay & the Smokes, Fanga, Totum Orkestra…), il rencontre et  commence à jouer avec Marianne fin 2015.

IMG_8528
IMG_8636

François “Fanfan” MINICONI : percussions

Né dans les hauts d’Ajaccio, il commence sa carrière en arrivant sur le continent et multiplie les collaborations artistiques telles que : Michel Portal, Tony Gatlif, Jackie Taffanel, Kanélé, Antoine « tato » Garcia, Violeta Duarte, Davy Kilembé, Compagnie Flamenca Alexandre Romero, Hugues Di Francesco, Nico Backton.
Il réalise l’album « entre dos mundos » de KANELE sorti en 2010 ainsi que l’album « Corazon » de Violeta Duarte qui sortira en Juin 2017. Enseignant à la Casa Musicale de Perpignan des rythmiques flamencas ‎”Cajón ” y “Palmas “, il rejoint l’équipe de Marianne Aya Omac en Mars 2017.

Elvis Mégné : clavier

Né au Gabon, Elvis hérite d’une culture musicale à la croisée des chemins entre Afrique et Amérique. Fils d’un pilote passioné de musique afro-américaine et d’une mère ancrée dans la foi, la musique a toujours fait partie de sa vie.
Après avoir longtemps joué de la batterie et des percussions, la découverte des synthétiseurs en autodidacte sera une révélation pour lui. C’est ainsi qu’il décide d’en faire son instrument favori.
Depuis les collaborations fructueuses et enrichissantes se sont enchaînées : Emmanuel DJob, Emma Lamadji, Rhoda Scott, Marcel Bougou, Malik Young, Gerald Toto, Salia Sanou, Henri Dikongué et plusieurs autres artistes qu’il considère comme ses pères.
C’est avec enthousiasme qu’il rejoint l’équipe de Marianne Aya Omac pour qui il éprouve une profonde admiration.

Crédit Photos :  Thierry Minvielle

Elvis3